Forme et VitalitéBaisse de moral

Zoom sur la sérotonine

Les étapes pour synthétiser la sérotonine

La synthèse de la sérotonine, telle qu'elle s'effectue à l'intérieur du cerveau, nécessite deux étapes :
1) Le tryptophane est tout d'abord transformé, ou hydroxylé, en une substance intermédiaire portant le nom de 5-HTP (5-hydroxytryptophane). Cela nécessite l'action d'une enzyme : la tryptophane hydroxylase.
2) Le 5-HTP est ensuite converti en 5-HT ou sérotonine par l'action d'une autre enzyme : 5-HTP décarboxylase.

Dans le cerveau, la synthèse de sérotonine dépend de la quantité de tryptophane qui y pénètre à travers la barrière hémato-encéphalique. Seul le tryptophane plasmatique libre, c'est-à-dire non lié à l'albumine, pénètre dans le cerveau. La diminution du pourcentage de forme libre réduit donc sa pénétration. De plus, d'autres acides aminés sont en compétition avec le tryptophane libre et limitent son entrée dans le cerveau

Par ailleurs, précisons que ce neurotransmetteur est capable de se transformer en mélatonine active, appelée « hormone du sommeil ». En effet, la concentration de mélatonine dans la glande pinéale présente des variations circadiennes : elle suit les variations de l'activité N-acétyl transférase, augmente pendant la nuit et s'abaisse pendant la journée, l'obscurité et la lumière jouant le rôle de régulateur par l'intermédiaire des catécholamines. La lumière du jour inhibe la biosynthèse de mélatonine.

Voie métabolique de la sérotonine :
Tryptophane => 5-hydroxytryptophane (5-HTP) => Sérotonine (5-HT) => Mélatonine


La sérotonine libérée dans des synapses va se lier à des récepteurs spécifiques localisés au niveau post synaptique. Ces récepteurs sont particuliers ; ils sont abondants dans le cerveau et jouent un rôle dans l’anxiété. La sérotonine sera ensuite éliminée, et ce, afin notamment d’éviter que la stimulation du neurone post-synaptique se prolonge indéfiniment.
 

Les fonctions de la sérotonine

Les effets de la sérotonine au niveau du système nerveux central sont nombreux et complexes, encore mal connus mais d'une importance considérable sur le plan pharmacologique car de nombreux médicaments agissent par son intermédiaire.

La sérotonine, grâce à ses divers types de récepteurs pré-synaptiques et post-synaptiques, module l'activité des autres médiateurs. Elle joue un rôle déterminant dans l'adaptation.
C’est donc sur son mécanisme d’action que certains traitements médicamenteux comme les antidépresseurs s’appuient. Les traitements contre les troubles de l’humeur (baisse de forme…) peuvent être des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine ou ISRS augmentant ainsi la sérotonine présente dans la fente synaptique. Certains antidépresseurs jouent sur la sérotonine ; ils empêchent un retrait trop important ou trop rapide de la sérotonine. Ils diminuent la recapture de la sérotonine par le neurone pré-synaptique. Davantage de neurotransmetteurs restent donc dans la fente synaptique plus longtemps, ce qui permet de compenser le taux anormalement bas de sérotonine chez les personnes déprimées. Ceci augmente la chance pour le neurone post-synaptique de "capter le message".


Au-delà de son influence sur l’humeur, l’accumulation de la sérotonine dans certaines régions du cerveau, lorsque nous sommes éveillés, contribue donc à l’arrivée du sommeil mais intervient également sur l’appétit, la douleur ou encore l’émotivité. Les baisses de moral peuvent donc ainsi provoquer des troubles du sommeil.

Partager sur