Forme et VitalitéDéfenses naturelles

Qu'est-ce que l'allergie ?

L'hypersensibilité immédiate et l'hypersensibilité retardée

L'hypersensibilité immédiate est la forme d'allergie la plus fréquente. On parle aussi d'hypersensibilité de type 1. 80 % des maladies allergiques relèvent de l'hypersensibilité immédiate, dont plus des 3/4 sont des affections respiratoires (asthme, rhume des foins). Les autres syndromes observés sont de l'urticaire, des conjonctivites, etc.

L'hypersensibilité retardée, second type d'allergie, a un mécanisme exclusivement cellulaire, sans production d'anticorps. Les réactions d'hypersensibilité du type retardé n'apparaissent que plusieurs heures après l'injection de l'antigène et persistent plus longtemps que les précédentes. Elles atteignent leur maximum entre 48 à 72 heures chez l'homme. La pathologie allerique observée correspond cliniquement à l'apparition d'eczéma ou dermite de contact. Tout produit rencontré au cours de la vie domestique ou professionnelle (cosmétiques, colorants, teintures, métaux, caoutchouc, plastiques, ciments, lessives, détergents, médicaments, tissus, huiles minérales, colophane...), dont l'application sur le derme est répétitive, est suceptible d'induire un eczéma dit "de contact".

Les principaux allergènes sont issus des acariens (dans la poussière de la maison), des animaux (poils, plumes), des pollens (arbres, graminées, herbes), des moisissures, des aliments, de la pénicilline.

 

Le mécanisme de l'allergieschema allergie

Par souci de clarté, les allergènes sont classés en aériens, alimentaires, médicamenteux, de contact, venins etc. Ceci est bien sûr très artificiel et certains des allergènes peuvent se retrouver dans de nombreuses catégories soit par eux-mêmes, soit par le biais des allergies croisées.

L'allergie est un mécanisme en 2 temps. Lors de la première exposition dite de sensibilisation, l'allergène (pollen, poils, acariens...) va induire une réponse immunitaire vis-à-vis de cette substance. Au cours de cette première phase, l'individu produit des anticorps : les immunoglobulines E (IgE), qui reconnaissent précisément l'allergène en cause. Ces anticorps vont se fixer sur certaines cellules des muqueuses, les muqueuses nasales notamment, qu'on appelle mastocytes.

Ensuite, lors d'un nouveau contact, l'allergène va pouvoir rencontrer les cellules porteuses de ces IgE (les mastocytes) et els stimuler, provoquant la libération de facteurs inflammatoires, comme l'histamine. C'est cette réaction inflammatoire qui entraîne les troubles caractéristiques : écoulement nasal, picotements, éternuements, parfois associés à un larmoiement et à une perte de l'odorat.


L'affection débute généralement dans l'enfance ou au début de l'âge adulte, et peut disparaître avec le vieillissement. Elle n'est pas grave en soi, mais devenir très gênante, entraînant fatigue et insomnies.

Partager sur