Bien être et SantéVision

Protection des yeux et nutrition

Les caroténoïdes

Le centre de la rétine, ou macula lutea, est appelé tâche jaune à cause de sa couleur due à la présence de pigments caroténoïdes comme la lutéine et la zéaxanthine. Ces pigments jouent un rôle de filtre protecteur anti-radicalaire des photorécepteurs. Ils ont des propriétés antioxydantes et ont la capacité de filtrer la lumière bleue, deux actions qui contribueraient à préserver la rétine de la dégénérescence.

Les principales sources alimentaires de lutéine et de zéaxanthine sont les légumes à feuilles vertes (choux, épinards, brocolis, courgettes, petits pois, haricots verts…) mais aussi le maïs. L'astaxanthine est également un caroténoïde. Présent dans les zoo-planctons et les phyto-planctons, de couleur rouge, il donne la couleur rose aux crevettes, saumons et flamants roses. Cette molécule a la capacité de recycler les autres antioxydants (vitamines C et E, lycopène, glutathion...), et offre l'avantage d'être à la fois hydrosoluble et liposoluble. Ainsi, l’astaxanthine offre une protection optimale contre les rayons UV et agit, comme la lutéine et la zéaxanthine, au niveau de la rétine, pour aider à neutraliser les radicaux libres créés par les UV.

Les vitamines antioxydantes

La vitamine C présente d’excellentes propriétés antioxydantes et participe donc à la dégradation de radicaux libres, responsables des troubles oculaires liés à l’âge. Ainsi, elle contribue à protéger les protéines du cristallin et préserve son opacification. Elle participe également à la bonne formation du collagène qui est la protéine la plus abondante du corps, y compris dans l’oeil où elle donne force et intégrité au tissu oculaire. Comme l'Homme ne peut pas synthétiser de la vitamine C, celle-ci doit être apportée par l’alimentation. Les teneurs en vitamine C des fruits et légumes peuvent varier notablement selon les variétés et les saisons. C’est l’acérola, sorte de petite cerise, qui en contient le plus (1000 à 2000 mg pour 100 g soit 20 à 30 fois plus que l’orange). Le cynorrhodon, la groseille, la goyave, le cassis, le kiwi ou encore le citron sont également d’importantes sources de vitamine C.

La vitamine E, par ses propriétés antioxydantes, aide à lutter contre les effets du vieillissement. Elle complète l’action de la vitamine C et des caroténoïdes, et contribue à protéger les membranes cellulaires en piégeant les radicaux libres. Certaines études menées sur la cataracte ont mis en avant des effets bénéfiques d’une supplémentation en vitamine E. Il existe différentes sources de vitamine E : on en trouve beaucoup dans l’huile de tournesol et les margarines. Les ANC, chez l’homme adulte, pour la vitamine E sont de 12 mg/jour.

La vitamine A, également appelée rétinol en raison de son importance pour la rétine, aide l’oeil à accommoder lors du passage de la lumière vive à l’obscurité. Elle est particulièrement recommandée dans certains troubles de la cornée. La vitamine A est fortement présente dans les foies et huiles de foie de poisson, produits laitiers gras et beurre.
 

Les oligo-éléments

Le zinc, le chrome et le sélénium sont des oligo-éléments, c'est-à-dire qu’on ne les trouve qu’à l’état de traces dans l’organisme.

Le zinc est un oligo-élément primordial pour la vision. Il intervient dans le fonctionnement des cônes et des bâtonnets, au niveau de l’intégrité du nerf optique, et dans la mobilisation de la vitamine A en réserve dans le foie. Ainsi, le zinc participe à la lutte contre le vieillissement de l’oeil. Les crustacés sont d’importantes sources de zinc : les huîtres, le crabe, la langouste, la palourde, le homard. Mais on en trouve également dans les céréales (germes de blé, graines de sésame), le foie de veau ou le poulet. Les ANC, chez l’homme adulte sont de 12 mg/ jour pour les hommes et 10 mg/jour pour les femmes adultes.

Le chrome est indispensable dans le processus de l’accommodation et intervient dans le fonctionnement des muscles ciliaires. Les ANC pour le chrome sont de 65 μg/jour pour un homme adulte. On en retrouve dans la levure de bière, le poivre noir, le foie, les rognons mais également dans les champignons et les betteraves.

Le sélénium est réputé pour son action antioxydante, indispensable à la protection des défenses naturelles de l’organisme. Il joue un rôle déterminant dans la lutte contre les radicaux libres et contribue à ralentir efficacement les processus de vieillissement oculaire. L’organisme puise ses ressources en sélénium dans certains aliments comme le thon, le foie de veau, les rognons, le lapin… Les ANC sont de 60 μg/jour pour un homme adulte.

 

Les phospholipides et les oméga 3oméga 3 - vision- compléments alimentaires


Les lipides, ou corps gras, sont présents dans les aliments sous deux formes principales que sont les triglycérides et les phospholipides, eux-mêmes constitués en majeure partie d’acides gras (oméga 6 et oméga 3).

Les acides gras de la famille des oméga 3 sont surtout représentés par l’acide eicosapentaénoïque (EPA) et l’acide docosahexaénoïque (DHA) qui sont des acides gras à longue chaîne fabriqués à partir de l’acide alpha-linolénique (ALA). En vieillissant, cette transformation métabolique se fait plus difficilement. C’est pourquoi il est important d’apporter directement de l’EPA et du DHA via l’alimentation.


L’apport de phospholipides par l’alimentation est important car la rétine est une structure très riche en oméga 3, en particulier en DHA, qui y joue plusieurs rôles :

  1. un rôle structurel car c’est l’acide gras principal au niveau de la membrane rétinienne ;

  2. un rôle fonctionnel dans les étapes de la transformation du signal visuel en message nerveux. Il se lie à la rhodopsine (pigment photosensible de la rétine) pour assurer son activation ;

  3. un rôle protecteur contre le vieillissement rétinien. La vision serait d'ailleurs impossible sans la présence de DHA. Celui-ci a une influence positive sur les vaisseaux sanguins qui approvisionnent la rétine en oxygène et en substances nutritives.


Il est ainsi primordial d’avoir un apport constant en DHA et EPA sous forme de phospholipides car la partie supérieure des photorécepteurs se renouvelle tous les 10 à 20 jours et est fortement demandeuse de ces acides gras. Le DHA constitue 35 % des cellules des bâtonnets de la rétine et 56 % des photorécepteurs. Ainsi, un apport régulier permet l’entretien et le bon fonctionnement des cellules visuelles et lutte contre le vieillissement oculaire. Les oméga 3 sont naturellement présents dans les poissons gras (hareng, maquereau, saumon, thon, truite, sardine …).

Partager sur