Bien être et SantéMémoire

Les différents types de mémoire

 

 

 

La mémoire sensorielle ou immédiate

Extrêmement brève, elle correspond pratiquement au temps de perception d'un stimulus visuel ou auditif par nos organes sensoriels. On distingue la mémoire sensorielle visuelle et la mémoire sensorielle auditive, qui ont une persistance comprise entre 300 et 500 millisecondes. À ces stimuli peuvent s'ajouter des perceptions captées par les autres sens, mais qui semblent jouer un rôle moins important (mémoire sensorielle tactile). C'est la combinaison de ces différentes perceptions qui permet l'identification de l'information.

La mémoire à court terme

Également baptisée mémoire de travail (MT), nous la sollicitons en permanence. C'est une mémoire immédiate, qui nous offre la capacité de retenir, pendant une durée comprise entre une et quelques dizaines de secondes, jusqu'à 7 éléments d'information en moyenne. Elle rend très active certaines régions du cerveau comme le lobe Préfrontal (en avant du cerveau).

La mémoire à long terme

Elle stocke les informations pendant une longue période et même pendant toute la vie. D'une capacité considérable, elle est dépositaire de nos souvenirs, de nos apprentissages, en résumé, de notre histoire. Le passage de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme s’effectue grâce à l’hippocampe, situé dans le repli du lobe temporal. Toutes les informations décodées dans les aires sensorielles du cortex convergent vers l’hippocampe, qui les retourne ensuite d’où elles viennent. C’est un peu comme un centre de tri qui compare les sensations nouvelles avec celles déjà enregistrées. Ce sont les multiples passages dans l’hippocampe qui nous permettent de retenir des faits nouveaux. Au bout d’un certain temps, le travail de l’hippocampe ne sera plus nécessaire, le cortex aura appris à lier lui-même les différentes caractéristiques pour en faire un souvenir. L'hippocampe tient donc un rôle essentiel. Les informations que nous percevons sont organisées et régies par des systèmes qui fonctionnent en relation permanente. On fait une distinction entre la mémoire épisodique et la mémoire sémantique, d'une part, et entre la mémoire procédurale et la mémoire déclarative, d'autre part.

La création des souvenirs

On ne peut pas créer de souvenirs de façon directe et immédiate. Avant de constituer des traces permanentes, il est nécessaire de passer par deux étapes temporaires. D'abord, les données provenant des organes spécialisés (vue, odorat, toucher, ouïe, goût) sont conservées pendant un bref instant dans les mémoires sensorielles, puis traitées dans la mémoire à court terme, transformées et, si nécessaire, stockées définitivement dans la mémoire à long terme. Seule la capacité de la mémoire à court terme est restreinte. En revanche, les stocks de la mémoire à long terme semblent ne pouvoir jamais être saturés. Notre cerveau peut créer en permanence de nouvelles connexions. C'est ce que l’on appelle la «plasticité cérébrale».