Bien être et SantéCirculation

La phytothérapie au service de votre circulation

Depuis des millénaires, certaines plantes ont démontré qu’elles étaient en mesure d’apporter des solutions à la fois efficaces et fiables sur les troubles de la circulation sanguine. Aujourd’hui, le mode d’action de ces plantes est bien connu. Certaines sont réputées pour agir en interne, d’autres en externe sous forme de gel, ou les deux.
En effet, chacun sait que le massage des membres douloureux provoque un soulagement immédiat. L’application de gel enrichi en extraits de plantes aide à stimuler la circulation, décontracter les muscles et apaiser les jambes.

L'acérola (Malpighia punicifoliaL. ou Malpighia glabra)

L’acérola est le fruit d’un petit arbuste originaire d’Amérique du Sud, de Floride et des Antilles qui a l’allure d’une petite cerise. Il contient de nombreux oligo-éléments, mais son intérêt dans la circulation vient du fait qu’il est extrêmement riche en vitamine C et en flavonoïdes qui renforcent ses propriétés antioxydantes.

 

 

La cannelle (Cinnamomum zeylanicum)

C’est l'écorce intérieure du cannelier, un petit arbre originaire du Sri Lanka, qui est utilisée. La cannelle serait parmi les 50 aliments renfermant le plus d’antioxydants. Elle contient également des proanthocyanidines qui lui confèrent un effet stimulant des fonctions circulatoires.

Le camphre (Cinamomum camphora)

Le camphre est une huile essentielle extraite du camphrier qui a la propriété d'être solide. En effet, elle se présente sous la forme de petits grains, solubles dans l'huile et dans l'alcool. Il contribue à stimuler le cœur, les centres nerveux et la circulation sanguine.

 

 

Le cassis (Ribes nigrum)

Cette baie est originaire d’Europe et est cultivée sous les climats tempérés. Elle renferme des anthocyanes, pigments à l’origine de leur couleur bleu foncée, qui participent à la protection des vaisseaux sanguins.

 

Le fragon (Rusci acumeati)

C’est un arbuste à feuilles persistantes, originaire des maquis du bassin méditerranéen, ayant colonisé une vaste région allant des Açores à l’Iran. Les rhizomes contiennent principalement des saponosides : la ruscogénine, la néoruscogénine et du rutoside, qui sont généralement utilisés comme veinotonique. La Commission Européenne (CE) reconnaît l’usage du rhizome de fragon épineux comme soutien dans les troubles de la circulation veineuse.

 

Le ginkgo biloba Ginkgo biloba) 

 Originaire d'Extrême-Orient, il se caractérise par ses feuilles en éventail ainsi que par son extrême longévité. La feuille de ginkgo contient essentiellement des flavonoïdes, des procyanidines et des catéchols. Ses principes actifs participent à augmenter le tonus veineux et la résistance des vaisseaux capillaires. Ils aident aussi à limiter le stockage des liquides dans les tissus, par diminution de la viscosité sanguine, ceci en limitant l'hyperagrégation plaquettaire.

 

 

 

L'hamamélis (Hamamelis virginiana)

Les feuilles de cet arbuste sont très riches en flavonoïdes et tanins condensés. La CE reconnaît à la feuille et à l’écorce des propriétés astringentes, anti-inflammatoires et hémostatiques locales.

 

 

 

Le marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum)

On utilise ses feuilles, fleurs, graines et écorce pour leur action sur la circulation. Ses principes actifs aident à améliorer le tonus veineux et à fluidifier le sang. La graine contient des saponosides, de nombreux flavonoïdes, des hétérosides, et un tanin catéchique qui, par leurs actions respectives, améliorent le retour veineux. L'écorce contient des hétérosides coumariniques et des flavonoïdes qui aident à renforcer la résistance des parois veineuses et à augmenter la micro-circulation. La CE, l’ESCOP, et l’OMS reconnaissent l’efficacité de l’extrait de Marronnier d’Inde pour soulager les symptômes de l’insuffisance veineuse.

 

La menthe (Mentha piperita)

La plante contient de l’huile, des tanins et des flavonoïdes. Elle est utilisée par voie externe et apporte un effet rafraîchissant, ressenti dès l’application, et procurant une sensation de soulagement immédiat.

 

 

 

La myrtille ou le bleuet (Vaccinium myrtillus)

La feuille de myrtille contient des flavonoïdes, des tanins catéchiques et un glucoside gallique qui lui confèrent des propriétés toniques et protectrices des vaisseaux capillaires. Ces composés participeraient à la diminution de leur perméabilité et à l’augmentation de leur résistance.

 

 

L'orange amère (Citrus aurantium)

Le bigaradier est un arbre tropical originaire du sud-est de l'Asie qui produit un fruit semblable à l’orange, quoique plus petit et plus amer. La culture du bigaradier a conquis l’Asie et l’Europe. Le zeste d'orange amère renferme de nombreux flavonoïdes, traditionnellement utilisés lors de troubles fonctionnels de la fragilité capillaire cutanée.

L'ortie (Urtica dioica)

Originaire des régions tempérées de l'Eurasie, l'ortie est une herbacée vivace, aujourd'hui naturalisée sur tous les continents où il y a des zones tempérées. La plante contient des flavonoïdes, mais également plus de 20 % de minéraux (silicates, calcium…). Elle est utilisée pour son action bénéfique sur les troubles des vaisseaux sanguins.

 

 


La vigne rouge (Vitis vinifera)

C’est la plus réputée des plantes veinotoniques et vitaminiques P. Les extraits des pépins de raisin renferment des oligo-proanthocyanidines (OPC) qui, par leur effet vasoconstricteur, participent au retour veineux. Les extraits de feuilles de vigne rouge ont des propriétés attribuables aux divers flavonoïdes qu’elles contiennent. Ses feuilles sont également riches en tanins ainsi qu'en vitamines A, B1, B5, B6 et C.