Bien être et SantéVision

La Dégénérescence Maculaire Liée à l'Âge (DMLA)

La DMLA et la perte de vision centrale

La partie centrale de la rétine est nommée "macula". Celle-ci comporte une petite tâche jaune caractérisée par une dépression, le centre visuel de la rétine : la "fovéa". C’est dans cette région de l’œil que siègent les photorécepteurs les plus efficaces de la rétine. La macula n’occupe que 2 à 3 % de la surface de la rétine, mais transmet 90 % de l’information visuelle. La DMLA est une dégénérescence de la macula. Elle entraîne une perte progressive de la vision centrale. Si la vision périphérique demeure épargnée, les personnes qui en sont atteintes ne sont plus aptes ni à lire, ni à écrire, ni à conduire, ni à regarder la télévision ; elles deviennent rapidement dépendantes de leur entourage

.
DMLA -  vision- compléments alimentaires


Les facteurs de risque d'apparition de DMLA

L’étiologie de cette affection n’est pas encore véritablement établie. Seul le vieillissement lié à l'âge est l'une des causes de DMLA clairement identifiées. D'autres facteurs semblent favoriser l'apparition de la DMLA : l’exposition prolongée aux radiations du soleil, les suites d’une opération de la cataracte, l’hypertension artérielle, les carences en vitamines et en antioxydants. Le tabagisme est également incriminé. Le British Medical Journal a publié un article qui insiste sur le fait que les fumeurs sont trois fois plus affectés par la DMLA que les non-fumeurs et qu’ils développent cette pathologie beaucoup plus précocement. Les personnes à la peau et aux yeux clairs et les femmes ménopausées semblent également plus fréquemment vulnérables à ce type de pathologie, les femmes ménopausées devenant particulièrement sensibles en raison de la diminution du niveau hormonal en œstrogènes.


 

Comment agir sur les facteurs de risque  ?

Il n'existe pas de traitement connu de la DMLA une fois qu'elle est installée. Néanmoins, il est possible d'agir sur les facteurs de risque qui conduisent à son apparition, tels que l'exposition au soleil et le tabagisme. Plusieurs études ont également mis en évidence l'importance d'une alimentation riche en antioxydants et nutriments protecteurs de la santé visuelle. Au travers de l’étude AREDS (Age Related Eye Disease Study), le National Eye Institute aux Etats-Unis a suivi pendant plus de 6 ans 3 640 patients. Cette étude semble révéler une réduction significative du risque de développement d’une DMLA avancée chez les patients qui ont suivi un régime spécial à base d’antioxydants (vitamine C, vitamine E, ß-carotène et zinc). Le risque aurait diminué de 25 % par rapport au groupe témoin.

Partager sur