Forme et VitalitéSommeil

L'insomnie

L'insomnie se définit comme une "absence de sommeil", mais elle désigne le plus souvent une durée insuffisante de sommeil et un sommeil non réparateur. Les personnes touchées se plaignent de difficultés d'endormissement, de réveils nocturnes ou matinaux précoces. On distingue deux types d'insomnies : les insomnies transitoires ou occasionnelles et les insomnies chroniques.

Les insomnies occasionnelles

Elles touchent plus d'un tiers de la population et sont les plus faciles à traiter. Elles ne durent que quelques jours. L'essentiel est de veiller à ce qu'elles ne dépassent pas trois semaines, sous peine de s'installer.

Nous sommes tous confrontés un jour ou l'autre à un souci ou un événement à l'origine d'une insomnie transitoire :
- mauvaise hygiène de vie ou non respect de notre rythme biologique fondamental : longues siestes, abus d'excitants, levers ou couchers irréguliers, hyperactivité physique après 20h, surmenage professionnel,
- environnement : bruit, canicule, altitude, mauvaise literie, changement d'horaires ou d'habitudes, naissance d'un enfant, maladie d'un proche,
- problème de santé ponctuel : douleur, toux, fièvre,
- causes psychologiques : difficultés familiales ou professionnelles, dettes, déménagement, deuil.

À ce stade, la solution consiste principalement à respecter des mesures d'hygiène du sommeil.
 

Les insomnies chroniques

Elles sont plus délicates car elles sont installées depuis longtemps. Dans la majorité des cas, un stress intense accumulé depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, est à l'origine de ces perturbations profondes du sommeil.

L'insomnie d'endormissement concerne surtout des personnes anxieuses qui redoutent la nuit blanche à tel point qu'elles ne parviennent pas à s'abandonner au sommeil. Pour faciliter l'endormissement, il est recommandé d'instaurer un rituel de relaxation (bain ou douche, avec consommation de tisane). Dans d'autres cas, l'insomnie d'endormissement touche les hyperactifs qui continuent, au moment du coucher, à se préoccuper des problèmes de la journée.

L'insomnie de fin de nuit accompagne souvent une dépression. Un réveil précoce peut alors survenir vers 4h du matin, avec parfois l'impossibilité de se rendormir.

Les réveils nocturnes fréquents sont souvent causés par diverses affections telles que l'asthme, le diabète, les rhumatismes, des problèmes digestifs, urinaires ou hormonaux (sueurs nocturnes). À noter toutefois qu'avec l'âge, les nuits se raccourcissent naturellement et qu'une "médicalisation" du sommeil est inappropriée.

En cas de troubles du sommeil (fatigue chronique ou apnées du sommeil par exemple), il est possible de bénéficier, dans certains laboratoires spécialisés, d'un examen permettant d'enregistrer l'activité électrique du cerveau ainsi que les rythmes respiratoires, le mouvement oculaire, l'activité cardiaque, les contractions musculaires et la saturation en oxygène du sang. Ces premières données permettent de mieux identifier les causes de l'insomnie qui constitue la première plainte de perturbation du sommeil.

Partager sur