FemmeConfort urinaire

Infection urinaire

Constitution de l'appareil urinaire

Ll appareil urinaire  féminin- infection urinaire -compléments alimentaires’appareil urinaire est constitué du haut vers le bas de :

  • Rein gauche et droit : sécrétion d’urine, fonction hormonale
  • Uretères (gauche et droit) : canaux excréteurs
  • Vessie : réservoir
  • Urètre : canal évacuateur

 

 

 

 

 

Santé urinaire chez la femme

L’urine est définie comme un liquide biologique stérile. Une infection urinaire correspond à une prolifération bactérienne au niveau de l’urine vésicale. Lorsque l’inflammation de la muqueuse vésicale a lieu dans la partie basse on parle de cystite. Dans 90 % des cas, elle est due à une bactérie du tube digestif appelée Escherichia coli qui se propage à la faveur d’une autocontamination au moment où l’on va à la selle, les bactéries souillent le périnée puis l’urêtre et vont enfin infecter la vessie. Contrairement à une idée reçue, les cystites ne sont pas des maladies sexuellement transmissibles.


Les symptômes d’une inflammation de l’appareil urinaire

-    brûlures mictionnelles
-    douleurs abdominales
-    pollakiurie*

 

Les facteurs favorisants une infection de l’appareil urinaire

  • le sexe : 1 femme sur 2 présente au cours de sa vie un ou plusieurs épisodes d’infection du système urinaire.
  • la faible longueur de l'urètre chez la femme facilite l'introduction anormale de micro-organismes dans la vessie par voie ascendante (de l'extérieur vers l'intérieur)
  • la glycosurie* car les bactéries se nourrissent du sucre présent dans l’organisme
  • la grossesse : la compression de la vessie par l’utérus favorise la stase urinaire*
  • la ménopause
  • les rapports sexuels surtout avec utilisation de spermicides augmentent le risque
  • les calculs urinaires
  • l'abaissement de la vessie chez la femme âgée (prolapsus) ne permet pas de vider complètement la vessie et prédispose à l'infection.

Comment éviter la récidive ?

Dans un premier temps, il est important de consulter un médecin en cas d’infection de l’appareil urinaire.
Dans un second temps, des mesures hygiéno-diététiques doivent être mises en place pour éviter tout nouvel épisode infectieux.
Boire beaucoup (eau, tisane, thé) est primordial pour laver la vessie des germes présents et uriner dès que le besoin s’en fait sentir.
De plus, il faut boire 1,5 L d’eau par jour pour lutter contre une éventuelle constipation qui accentue la prolifération bactérienne dans le tube digestif, uriner après chaque rapport sexuel pour éliminer les germes qui pourraient stagner à l’entrée de l’urètre. Enfin, il éviter l’hygiène excessive et les savons corrosifs qui « décapent » la flore vaginale.


Lexique

  • Glycosurie : présence de glucose dans les urines
  • Méat urétral : orifice externe de l’urètre, par lequel l’urine est éjectée lors de la miction
  • Pollakiurie : fréquence excessive des mictions
  • Stase urinaire : ralentissement de l’écoulement de l’urine provoqué par un obstacle.
     

Partager sur