Le Sélénium

Essentiel pour bien vieillir

Description

Le sélénium est un oligo-élément essentiel qui joue un rôle clé pour la santé de l’organisme. Il fut nommé ainsi en hommage à Séléné, la déesse de la lune dans la mythologie grecque. Le sélénium aide l’organisme à vaincre le stress oxydatif. Lorsque nous exposons de manière excessive notre organisme au tabac, à l’alcool, aux médicaments, au soleil, à la pollution atmosphérique, au stress… il tente de se défendre et d’éliminer ce surplus de toxines. Le sélénium serait réputé pour l’aider à s’opposer aux méfaits des radicaux libres et à la toxicité des métaux lourds (au même titre que le zinc, le bêta-carotène, les vitamines C et E…). Il contribuerait en particulier à protéger les organes émonctoires, comme le foie, particulièrement sollicités.

Selon certaines études, les Français présenteraient d’incontestables carences en sélénium alors que les besoins augmentent avec l’âge. Les personnes d’un certain âge devraient tout particulièrement veiller à en apporter suffisamment à leur organisme, afin de le préserver davantage du vieillissement cellulaire.



Historique

Le sélénium fut découvert en 1817 par le Suédois Berzelius. Ce métalloïde, dont les propriétés ressemblent sensiblement à celles du soufre, est présent partout, que ce soit dans la terre ou dans les végétaux. A partir des années 1950, des études réalisées sur les animaux auraient révélé son importance comme antioxydant.

 

Utilisation

Le sélénium ne peut être synthétisé par l’organisme lui-même, il doit donc être apporté soit par l’alimentation, soit sous forme de compléments alimentaires.

 

Sources

L’organisme puise ses ressources en sélénium dans certains aliments tels que le thon, le foie de veau, les rognons, le lapin, les moules cuites, le maquereau, le saumon, le merlan, les huîtres, le rôti de porc, le roquefort, les lentilles, le pain de seigle ou de froment, les céréales, les poivrons rouges crus, les raisins secs, les pois cassés… Toutefois, la quantité de sélénium que ces aliments proposent dépend de la teneur des sols cultivés.


Indications

- Le sélénium contribuerait à minimiser certains troubles liés à l’âge et au vieillissement : ralentissement de l’activité des organes, altération de certaines fonctions...
- Il aiderait le corps à se dépolluer des toxines ingérées et à neutraliser les radicaux libres.


Propriétés

Le sélénium est réputé pour son action anti-oxydante, indispensable à la protection des défenses naturelles de l’organisme. Il interviendrait également dans le processus de fabrication des hormones thyroïdiennes et jouerait, à cet effet, un rôle pour la santé de la glande thyroïde.
Le sélénium permet à l’organisme de produire le glutathion peroxydase (chaque molécule de glutathion peroxydase contient 4 molécules de sélénium) qui, en synergie avec la vitamine E, contribue à préserver les cellules de l'oxydation par les radicaux libres, notamment celles pour lesquelles l’élimination des toxines est indispensable à leur bon fonctionnement (les cellules cérébrales par exemple). Il protégerait la membrane de ces cellules et serait donc particulièrement recommandé aux personnes exposées sur le plan nerveux.
Le sélénium agirait ainsi en interaction avec un grand nombre d’enzymes et de protéines du corps humain pour favoriser le bon fonctionnement de plusieurs organes.
Le sélénium permettrait également de ralentir l’oxydation des lipides sur les membranes cellulaires.



Recherches internationales

En 1973, des chercheurs américains ont démontré que le sélénium est un cofacteur de la production de glutathion peroxydase.
Certaines études auraient mis en évidence l’influence d’une carence de sélénium avec certains troubles de l’humeur.
Les résultats d’autres études soulignent l’importance du sélénium pour contribuer à réduire les risques de dégénérescence oculaire.
Selon un article publié dans le journal « Archives of Internal Medecine », en Amérique du Nord, la consommation de sélénium, associée à celle des vitamines B6 et B12, aiderait l’organisme à se protéger plus longuement des aléas liés à l’âge.
En 1988, une étude aurait prouvé que tout apport supplémentaire en sélénium et en vitamine E dans l’alimentation des personnes âgées aurait tendance à améliorer leurs conditions physiques et intellectuelles.
 


Contre-indication

Les femmes enceintes ou celles qui allaitent devraient limiter leur apport en sélénium aux doses généralement recommandées. En excès, le sélénium peut s’avérer toxique. Quelques rares cas d’allergie auraient été enregistrés. La prise de sélénium serait déconseillée chez les personnes présentant un goitre.

Le Sélénium