Le Noni

Pour retrouver santé et tonus

 

Description

Le noni est le fruit du Morinda Citrifolia, petit arbre de 3 à 6 m de haut, de la famille des Rubiacées. Une famille végétale de près de 7 000 espèces, essentiellement d’origine tropicale, qui fournit aussi bien des arbustes comme le gardénia, le caféier, l’aspérule et la garance, que la plupart des plantes médicinales, par exemple le cinchona, dont est extrait la quinine, ainsi que le cephaelis (l’épicéa) qui fournit l’émétine.
Fruit de forme ovoïde et de couleur jaune-vert, devenant de plus en plus blanchâtre en mûrissant, le noni ressemble à une pomme de terre bosselée, incrustée de petites graines ressemblant à des pignons de pin. Ces graines donneront de petites fleurs blanches, de forme tubulaire, regroupées en capitules solitaires.
Le noni est reconnaissable par son odeur rance lorsqu’il arrive à maturité. D'ailleurs, les Européens le dénommèrent "le fromager" ou fromagier, autrement appelé "pomme-macaque".

 

 

Culture

Le Morinda Citrifolia pousse dans les pays tropicaux, en particulier la Polynésie, Hawaï, les Caraïbes et la Malaisie. Moins d’un an après sa plantation, des fruits commencent à apparaître dans ses ramures. Il peut en fournir jusqu’à huit kilos par an !
 

Historique

La première description du noni fut découverte dans des textes sanskrits venus d’Inde, il y a des milliers d’années. Les Indiens l’utilisent encore dans la préparation de certains currys.
D’anciens manuscrits de guérisseurs polynésiens relatent les vertus du noni et son utilisation dans de multiples préparations médicinales. Ils l’utilisaient seul ou mélangé avec d’autres plantes. Feuilles, fruits, écorce, racines, jus : tout servait au traitement des problèmes de santé les plus variés : grippe, rhume, toux, lassitude, migraines, affections pulmonaires, allergies, piqûres d’insecte, parasitoses intestinales… Par ailleurs, le noni faisait office d’offrande durant certaines fêtes religieuses. Il était alors déposé sur l’autel des sacrifices du « marae », le lieu de culte.
Le noni était également apprécié pour son importante valeur nutritive durant les périodes plus difficiles de disette.
 

Partie utilisée

Le noni, consommé seul, n’est pas réputé pour sa douceur gustative, mais au contraire pour son âpreté. C’est pourquoi, on en extrait la pulpe qui, combinée à d’autres jus de fruits plus communs, donne le fameux jus de noni. Les vertus de cet étrange breuvage sont de plus en plus vantées partout dans le monde.
Dans les pays tropicaux, les feuilles fraîches, de 5 cm de large et longues d’une vingtaine de centimètres, de couleur vert vif, servent de cataplasmes pour les brûlures. Le jus de noni presque mûr est également utilisé pour calmer la douleur des piqûres de « nohu », rascasse ou encore les piqûres de moustiques, vecteurs de nombreuses affections (fièvres, douleurs musculaires et articulaires, éruptions cutanées…) comme le virus de Chikungunya, qui a récemment sévi dans l’océan indien, principalement sur l’île de la Réunion.
 

Propriétés

Fruit dont les bienfaits et mystères n’ont pas encore tous été dévoilés, le noni est recommandé pour accroître la résistance du corps et le fortifier. Ses propriétés immunostimulantes et anti-infectieuses sont en effet reconnues. Ce fruit contient une forte concentration en vitamines, minéraux, oligo-éléments, enzymes, alcaloïdes, antioxydants, acides animés et flavonoïdes. Il est trois fois plus riche en vitamine C que l’orange et regorge également d’enzymes digestives : 800 fois plus que l’ananas !
 

Actifs

En 1953, le docteur biochimiste américain Ralph Heinicke débute ses recherches sur une enzyme, qu’il nommera par la suite proxéronine, trouvée dans les ananas. Quelques années plus tard, il se rend compte que le noni est encore plus généreux en proxéronine que son fruit de référence. Cette enzyme se révèle indispensable au fonctionnement du corps humain, qui la synthétise ensuite en xéronine, laquelle est inhérente au processus de défense naturelle.

Dans des circonstances normales, le foie libère une certaine quantité de proxéronine et les divers organes l’utilisent pour produire la xéronine. Combinée aux autres protéines, elle aide les organismes affaiblis à retrouver forme et tonus. A contrario, si le corps manque de xéronine, il s’exposera davantage aux infections, risque de s’affaiblir et de devenir vulnérable à la douleur.

Les composants du noni joueraient également un rôle dans le mécanisme de fonctionnement de la glande Pinéale. Cette glande du cortex cérébral est le lieu de fabrication de la sérotonine, utilisée pour la production de la mélatonine. Ces deux hormones interviennent dans la régulation du sommeil, de la température corporelle, de l’humeur, des cycles ovariens…

Les études du docteur Heinicke font également ressortir la faculté du noni à faciliter l’absorption de l’endorphine, hormone du "bien-être".
 

Actions

La nature spéciale et unique du noni lui confère des vertus sur la tension, le sommeil et l’humeur. Fortifiant naturel, il aide l’organisme à retrouver dynamisme et énergie et à lutter contre la sénescence. Il agit également comme stimulant des défenses naturelles, antiseptique, anti-inflammatoire et aide à combattre les manifestations allergiques.
 

Recherches internationales

Le docteur Martin Schechter, de l’université de British Columbia, a expérimenté le noni sur nombre de patients hawaïens. Il a été impressionné par la diversité des affections réagissant positivement à ce fruit. Selon ses résultats, le noni stimulerait la production des cellules-T, des macrophages et des lymphocytes, indispensables au développement des défenses immunitaires. Par ailleurs, il a démontré que le noni pourrait devenir une aide précieuse contre certaines bactéries et disposerait de qualités analgésiques remarquables. Il déclare : « Comme thérapeute clinique, j’ai vu le noni produire des bienfaits thérapeutiques profonds et significatifs, tant en prévention qu’en aide pour un éventail de problèmes de santé ».
- En 1993, des scientifiques de Hawaï ont également mis en évidence, à l’aide d’études sur les animaux, un phytonutriment présent dans le noni, la scopoletine, qui agit sur la dilatation des vaisseaux sanguins, donc sur l’hypertension artérielle.
- Le laboratoire de pharmacologie de l’Université de Metz a découvert l’effet analgésique du noni. Les scientifiques ont déclaré que le noni était à 75 % aussi efficace que la morphine dans le traitement de la douleur, sans présenter de risque de dépendance.
- D’autres études soulignent l’intérêt du noni sur le système digestif, en favorisant les sécrétions, les enzymes, l’écoulement de la bile et des propriétés antibactériennes.
- Le docteur Robert Young, microbiologiste américain, signale que le noni agit sur l’équilibre du niveau d’acidité corporelle et favorise une meilleure absorption des vitamines, des protéines et des minéraux.
 

Contre-indications

Aucune contre-indication n’a à ce jour été notifiée. Il est néanmoins recommandé aux femmes enceintes et à celles qui allaitent de demander l’avis préalable de leur médecin avant de consommer du jus de noni. Il en va de même pour les personnes qui présentent une insuffisance rénale, en raison du taux élevé en potassium contenu dans ce jus.

Le Noni