Forme et VitalitéTonus & anti-fatigue

Les différents types de fatigue

La fatigue est le résultat d’une activité excessive, que l’organisme n’arrive plus à encaisser. Nous ressentons alors un manque d’énergie et concentration. Nous distinguons trois sortes de fatigue : la fatigue nerveuse à ne pas confoncre avec la fatigue intellectuelle et la fatigue physiologique. Dans les deux cas, le cerveau, et tout spécialement les membranes des cellules nerveuses, a un rôle majeur dans la régulation de l'équilibre nerveux, de l'humeur, du sommeil et par voie de conséquence de son importance dans la lutte contre la fatigue.
Quand on se lève le matin en ayant l'impression de n'avoir pas dormi, après une nuit de sommeil hachée par des réveils fréquents, il s'agit généralement d'une fatigue psychique. Vous pourriez aussi être confronté à de la fatigue intellectuelle lors d'épisode d'activité cérébrale intense : révisions pour un examen par exemple. Il existe également un type de fatigue qui intervient plutôt le soir mais qui peut aussi survenir dès le matin. En règle générale, elle est améliorée par le repos. Il s'agit d'une fatigue physiologique normale que les femmes ressentent parfois pendant des périodes de grandes transformations hormonales et physiques, telles que la grossesse ou l'installation de la ménopause. Après une maladie, tout un chacun peut également avoir à surmonter ce genre de fatigue. Les manifestations de la fatigue doivent être interprétées comme des signes émis par notre corps pour nous avertir que notre organisme est proche de l'épuisement physique ou psychique et qu'il réclame une solution rapide.
Nous détaillerons ici les causes, les symptômes, les conséquences et les solutions pour chacun de ces états d’épuisement.

 

 

L'importance du système nerveux

Nous disposons de plusieurs milliards de cellules nerveuses appelées aussi neurones. Ces neurones sont regroupés en colonies et sont tous interconnectés entre eux par de petits filaments (dendrites). Chaque neurone est ainsi relié à environ 10 000 autres cellules nerveuses environnantes avec lesquelles il communique. On peut donc évaluer à plusieurs milliards le nombre de ces interconnexions qui constituent un maillage extrêmement serré qui rend interdépendant chacun de nos neurones. Il s'agit d'un réseau de communication extraordinairement complexe et sur lequel repose toute l'activité cérébrale.
Pendant l'enfance, la maturation cérébrale permet la fabrication de ces membranes d'interconnexion. Puis à l'âge adulte, ces membranes sont sans cesse renouvelées pour assurer le bon entretien du fonctionnement cérébral. En revanche, lors du vieillissement, l'autoréparation des membranes se ralentit, ce qui entraîne des troubles et des déficiences liés à l'âge. Certaines conditions particulières comme le stress et le surmenage, peuvent affecter la fluidité des membranes neuronales et perturber ainsi l'activité des neurones.

 

La fatigue nerveuse

La fatigue nerveuse s’identifie aisément grâce aux symptômes qui l’accompagnent : réveils compliqués, maux de tête, nausées, sensation d’épuisement au cours de la journée, digestion difficile.
Cet état nécessite un accompagnement médical afin de trouver l’origine du mal-être et de le traiter. Il ne s’agit en effet pas d’un manque de sommeil mais d’un dysfonctionnement psychique.
Pour éviter d’en arriver à cette situation, voici quelques conseils bien-être à appliquer au quotidien :

  • •    Faire une cure de vitamine B6 et magnésium
  • •    Dormir 8h par nuit avec des heures de coucher et de réveil régulières
  • •    Faire des pauses dans la journée
  • •    Opter pour une alimentation équilibrée et saine
  • •    Eviter la consommation d'alcool et de tabac
  • •    Pratiquer une activité sportive de façon régulière
  • •    Ecrire pour conscientiser les points positifs de notre journée
  • •    Méditer ou apprendre à respirer pour évacuer les tensions

 

La fatigue intellectuelle

La fatigue intellectuelle se traduit par une difficulté de concentration, des troubles de la mémoire : comme si l’on ne pouvait plus retenir d’information supplémentaire. On se sent submergé et il est difficile de prendre du recul pour réfléchir. C’est souvent en période de révision que l’on fait face à cet épuisement du cerveau. Ce dernier a besoin de repos après une sollicitation intensive.
Il faut bien distinguer fatigue intellectuelle et fatigue nerveuse. La seconde, comme évoqué précédemment, requière une consultation médicale pour passer le cap. En revanche, pour la fatigue intellectuelle vous pourrez y remédier grâce à du repos, de la détente, de l’organisation et une alimentation riche en vitamines.
Pour éviter d’être confronté à la fatigue intellectuelle, voici quelques conseils :

  • •    Faire une cure de Gelée Royale – Ginseng – Acérola
  • •    Dormir 8h par nuit même si on a « encore beaucoup de choses à faire »
  • •    Trouver le moment de la journée le plus propice à notre activité cérébrale et respecter le rythme de notre cerveau.
  • •    Adopter une alimentation vitaminée et riche en oméga 3
  • •    Garder une activité sportive de façon régulière
  • •    Apprendre à prioriser et écrire un plan d’organisation
  • •    Faire de la méditation, trouver une façon de se détendre

 

La fatigue physiologique

La fatigue physiologique, c’est celle que nous connaissons tous en fin de journée. L’organisme envoie des signaux pour dire qu’il est temps de se mettre au repos et même d’aller dormir : on se sent comme ramolli, la tête est lourde, les yeux peuvent être larmoyants… Cependant, nous pouvons ressentir cette fatigue au fil de la journée si nous manquons de sommeil, ou après un effort physique intense. De même, la surexposition aux écrans, le tabac, l’alcool et l’excès de caféine accentuent la fatigue physiologique. Il se peut aussi que vous soyez sujet à cet épuisement lors des changements de saison.


La fatiguabilité après 55 ans.

Certains d'entre nous sont confrontés très tôt à une diminution de leurs capacités physiques. Le vieillissement s'inscrit dans le processus naturel de la vie et il s'effectue à un rythme plus ou moins lent selon les individus. Même s'il existe une grande variabilité selon les individus, les femmes et les hommes de plus de 55 ans se plaignent d'une moindre résistance à la fatigue. En plus de cette fatigabilité accrue, ils se plaignent souvent d'un manque de concentration, d'une mémoire qui leur joue des tours, d'un sommeil perturbé et raccourci ou d'une tendance à la morosité.
Vous ne pouvez pas « échapper » à la fatigue physiologique. Elle fait partie du rythme de l’organisme. En fin de journée, il est tout à fait normal de la ressentir. En revanche, au cours de la journée cela traduit une contrainte à laquelle le corps a dû faire face. Pour éviter cela, voici quelques prérequis :

  • •    Se coucher et se lever à heures fixes
  • •    Limiter son exposition aux écrans, notamment dans les 2H précédant le coucher
  • •    Limiter sa consommation de café, thé, alcool ou soda en fin de journée
  • •    Manger équilibré et se complémenter en vitamine C
  • •    Trouver un rythme d’activité physique régulier en évitant le surentrainement
  • •    Trouver une activité relaxante praticable le matin ou en fin de journée selon votre organisation.

 

 

Pour limiter la fatigue, de quelque nature qu’elle soit, il est important d'adopter une alimentation saine et équilibrée. Comptez sur les plantes et les compléments alimentaires peuvent également être d'une grande aide au quotidien ou épisodiquement pour affronter un changement de saison, une période de sollicitation intense au travail ou à la maison. Ecoutez votre corps : donnez-lui les nutriments nécessaires à votre activité quotidienne et sachez faire des pauses.

 

 

 

Partager sur