Les Oméga 3

Un éclairage sur les bienfaits des oméga 3

 

 

Depuis quelque temps, les oméga 3 tiennent le haut de l'affiche. Bénéfiques pour la santé du système cardiovasculaire ou bons pour le moral, on leur prête de multiples vertus. Pleuvent sur le marché des produits enrichis en oméga 3 : lait, beurre et margarine, yaourts, huiles… On nous sert des oméga 3 à tous les plats. Mais qu'en est-il vraiment ? Que sont les oméga 3 ? Quels sont leurs réels bienfaits sur la santé ? Sont-ils bons pour tout ?

 

 

Qu'est-ce que les oméga 3 ?

Les oméga 3 appartiennent à la grande famille des lipides (ou corps gras) et plus particulièrement à la catégorie des acides gras polyinsaturés (AGPI) à longue chaîne. Ces acides gras sont constitués d’une chaîne de plus de 18 atomes de carbone qui porte une première double liaison au niveau du troisième atome de carbone. Les principaux acides gras oméga 3 sont l’acide alpha-linolénique (ALA), l’acide eicosapentaénoïque (EPA) et l’acide docosahesaénoïque (DHA).

Les oméga 3 sont source d’énergie pour notre organisme. Ce sont également les constituants des membranes de nos cellules. En tant que précurseurs de certaines molécules, ils participent au bon fonctionnement de notre organisme.

L'intérêt nutritionnel des oméga 3 consiste à rééquilibrer notre alimentation occidentale, caractérisée par une surabondance en oméga 6 et en acides gras saturés. En effet, on estime en général que le rapport oméga 6 / oméga 3 dans l’alimentation occidentale se situe entre 10 et 30 pour 1, alors qu’il devrait idéalement se situer au maximum à 5 pour 1, voire moins dans certaines situations et risques spécifiques. Or, un apport en oméga 3 contribue au bien-être du cœur et des artères et au bon fonctionnement du cerveau, sans oublier leur rôle dans une stratégie anti-âge globale.

Il existe plusieurs types d'oméga 3 :
- l'ALA (acide alpha-linolénique) : acide gras essentiel car notre corps ne sait pas le fabriquer.
Bienfaits : participe au bien-être du cœur et des artères
Sources végétales uniquement : huiles de colza (la plus assimilable), de noix, de soja, pourpier, mâche. L'ALA se transforme en EPA.

- l'EPA (acide eicosapentaénoïque) :
Bienfaits : aide à la circulation ; contribue au bon fonctionnement du cœur et des artères avec le DHA ; participe à maintenir un bon moral.
Sources : poissons gras (sardines, anchois, maquereaux, saumon, thon…). Transformation de l’EPA en DHA.

- le DHA (acide docosahesaénoïque) :
Bienfaits : contribue au bon fonctionnement du cœur et des artères avec l’EPA ; participe au mécanisme de la vision, aide à limiter le vieillissement oculaire ; contribue au bon fonctionnement du cerveau (mémoire, sommeil, équilibre nerveux, régulation de l’humeur et du stress).
Sources : poissons gras (sardines, anchois, maquereaux, saumon, thon…), œufs riches en oméga 3.


 

Les bienfaits des oméga 3 sur l'organisme

Plusieurs études ont démontré les bienfaits d’une consommation régulière en oméga 3 sur le cœur et les artères. Les oméga 3 contribuent en effet à favoriser la fluidité sanguine et la dilatation des vaisseaux sanguins. Ils aident à limiter les processus de formation de caillots. Riches en EPA et DHA, ils sont reconnus pour aider à réguler les taux de triglycérides (graisses néfastes) et à s’opposer aux mécanismes de formation de dépôt des graisses. Une grande consommation d’oméga 3 expliquerait la protection cardiovasculaire dont bénéficiaient autrefois les Eskimos, malgré une alimentation à base de produits animaux très riches en graisses.

Les oméga 3 aident à diminuer la tension, notamment en favorisant les mécanismes de dilatation des artères et en s’opposant aux molécules qui agressent la paroi des artères.

Ils contribuent aussi à augmenter le taux de HDL (fraction de "bon" cholestérol ) qui favorise l’excrétion du cholestérol vers la bile.

Une teneur élevée en oméga 3, et principalement en DHA, contribue à la régulation du rythme cardiaque.

Du fait de leur rôle physiologique, les oméga 3 servent également de support au bon fonctionnement cérébral. En tant que constituant principal des neurones, le DHA, sous forme de phospholipides, participe à la libération de l’influx nerveux et des neurotransmetteurs. Il est impliqué dans l’activité intellectuelle (mémoire, concentration), est favorable à un bon équilibre mental (avec l’EPA) et à la régulation du sommeil. Enfin, il participe au mécanisme de la vision. En effet, la rétine est composée de 35 % de DHA et les photorécepteurs en contiennent près de 56 %.

 

Les Oméga 3