La Bardane

Pour une peau jeune et éclatante

Description

De la famille des Composées (Astéracées), la bardane, autrement appelée bouillon noir, herbe à la teigne, oreille de géant… est une plante herbacée, bisannuelle, robuste, aux feuilles abondantes, très larges, alternes et denticulées aux extrémités.
L’étymologie du mot bardane demeure confuse et les interprétations ne manquent pas. Bardane viendrait soit du grec arktos et signifierait "ours", soit du lyonnais "bardane" qui voudrait dire "punaise", soit encore du latin barrum, littéralement "boue". Ce qui est sûr, c'est que la plante est connue de tous pour ses fruits (sortes de boules épineuses) qui s’accrochent sur tous les vêtements, à l’origine même du Velcro !


Culture

Originaire d’Europe et d’Asie, la bardane est une plante commune des chemins et des bordures de routes. Elle pousse jusqu’à 1 800 m d’altitude. Elle s’accommode de tous les types de terrains et, semble-t-il, de toutes les régions tempérées, avec une préférence pour les sols argileux, riches en azote, et pour une exposition ensoleillée ou mi-ombragée. On récolte la bardane en mars-avril puis en septembre-octobre.
 

Historique

La bardane était déjà très prisée au Moyen Âge pour son action contre les problèmes de peau. Elle fut également utilisée contre "l’asthme, les crachements de sang, la lèpre, la gale, les douleurs rhumatismales… ou encore la teigne".

Au Ier siècle, Columelle relate l’efficacité de la bardane contre les morsures de serpents, Dioscoride contre les ulcères. Plus tard, on la présente comme diurétique, dépurative dans les problèmes cutanés, sudorifique et hémostatique. La légende veut que le roi Henri III fût guéri de la syphilis par des soins prodigués à base de bardane. Dans la médecine traditionnelle asiatique, la bardane vient soigner les infections des voies respiratoires, les manifestations articulaires douloureuses et les abcès.

Selon certaines coutumes populaires, il suffisait chaque soir d’orner son habitation d’une racine de bardane pour obtenir un sommeil profond et réparateur.

Les Amérindiennes, elles, avaient pour habitude de consommer de la bardane pour stimuler les contractions utérines au moment de l’accouchement.

 

Partie utilisée

En phytothérapie, feuilles et racines de bardane sont employées. Parfois, dans certaines régions, les feuilles sont également servies en salades et la racine cuisinée comme un salsifi.


Propriétés

La bardane aurait une action drainante, sudorifique et dépurative qui contribuerait à redonner à la peau éclat et luminosité. Elle contient des acides phénols, qui favorisent l’élimination des toxines.

La bardane serait également appréciée des personnes présentant des troubles du métabolisme du sucre, dont elle en régulerait le taux.

Pour accroître ses effets, la bardane peut être associée à d’autres plantes, notamment la pensée sauvage.

Les feuilles fraîches de la bardane peuvent être utilisées en cas de démangeaisons liées à des piqûres d’insectes, sur une peau abîmée, ainsi que dans certaines manifestations inflammatoires. Ces feuilles posséderaient une action tonique et adoucissante.


Actifs

La racine de bardane est riche en composés polyinsaturés. Elle contient du mucilage (des polysaccharides), des polyphénols, des polyènes (qui contribuent à inhiber les germes et les champignons), du nitrate de potassium et de l’inuline (pour son action dépurative), une gomme insoluble, une huile essentielle, des hormones végétales, du tanin, des sels minéraux, de la résine et une phytohémagglutinine (la lectine). La bardane est enfin une source non négligeable de fer et de vitamine C.


Contre-indications

Il existe peu de contre-indications. Toutefois, la bardane est déconseillée aux femmes enceintes (pour son action ocytocique). Elle ne doit pas être administrée non plus aux enfants de moins de 15 ans.

La Bardane